Eloge de la faiblesse, Alexandre Jollien, Marabout 2001, 95 pages


Ce qu’en dit l’éditeur :

Eloge de la faiblesse retrace un itinéraire intérieur, une sorte de conversion à la philosophie. L’auteur, handicapé de naissance, imagine recevoir la visite de Socrate en personne. Dès lors, s’en suit un échange où de proche en proche émergent des outils pour apprendre à progresser dans la joie, garder le cap au cœur des tourments et ne pas se laisser déterminer par le regard de l’autre. La philosophie est ici un art de vivre, un moyen d’abandonner les préjugés pour partir à la découverte de soi et bâtir sa singularité. Peu à peu, une conversion s’opère, le faible, la vulnérabilité, l’épreuve peuvent devenir des lieux fertiles de liberté et de joie.

Ce qu’en pense la publivore :

D’abord : quel joli titre !!! Et je ne suis pas la seule à le dire, il s’agit d’une remarque que ceux qui ont aperçu ce livre entre mes mains ou dépassant de mon sac m’ont faite à plusieurs reprises.

Et aussi : la publivore se met à lire des bouquins de philo ??? Eh oui, pourquoi pas ?! Mais attention, ce court ouvrage est parfaitement accessible. Le lecteur pourrait se dire : « ouh lala, un discours socratique, quelle horrreur ! ». N’ayez pas peur. Si la préface est certes pondue par un professeur de philo et recèle quelques passages hautement intellectuels, le contenu de l’écrit de l’auteur reste facile à lire.

Alexandre Jollien a réussi à rendre l’abord de la philosophie aisée, tout en s’attaquant à des thèmes très classiques : la normalité, le beau, la force d’un individu face à un groupe, l’amitié, la (bonne) conscience, la culpabilité …

Sensibilisée à la différence d’autrui -par mon intérêt pour les personnes âgées (qui, au bout du compte, souffrent elles aussi souvent d’un handicap) – je n’ai pu m’empêcher de gribouiller des notes dans les marges de cet ouvrage.

Ce témoignage s’avère particulièrement touchant, et pousse le lecteur à s’interroger. Sortir de la passivité habituelle de la lecture m’a fait le plus grand bien. Tantôt émaillé d’amers constats, tantôt teinté d’humour, ce texte vaut le détour.

Par ailleurs, l’auteur relate des anecdotes révélatrices de comportements que nombre d’entre-nous ne peut s’empêcher d’adopter face à l’ « anormalité ». Lisez plutôt : « Je me rappelle toujours de cet esprit rebelle à qui j’adressai ma salutation habituelle : « Sois sage ». Un jour, il me répondit à brûle-pourpoint : « Et toi, marche droit! » Cela me procura un plaisir extrême. Il m’estimait pour moi-même et n’avait pas pris les pincettes que prennent ceux qui me sourient béatement […] Il y a des sourires qui blessent, des compliments qui tuent. »

Aussi, j’ai remarqué la force que l’auteur tire de son expérience. Visez un peu cette citation qui mérite d’être reproduite : « Je dis simplement qu’il faut tout mettre en œuvre pour parvenir à tirer profit, même de la situation la plus destructrice. J’insiste sur les épreuves parce que celles-ci restent inévitables. Rien ne sert de discourir, d’épiloguer des heures durant sur la souffrance. Il faut trouver des moyens pour l’éliminer et, si on ne le peut pas, l’accepter, lui donner sens. » 

Enfin, lire les rencontres positives qu’Alexandre Jollien  a pu expérimenter au cours de sa vie, avec les cancres, avec un prêtre, ou avec les femmes, m’a tout particulièrement interpellée et amusée.

N’hésitez donc pas à prendre le temps de lire ce court ouvrage ou à l’offrir (il ne coûte pas cher en plus : moins de 4 €). Tous mes remerciements à Livraddict et aux éditions Marabout pour ce partenariat qui m’a permis de me replonger un peu dans la philo, tant appréciée au lycée !

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Autobiographie, Essai, Littérature française, Philo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Eloge de la faiblesse, Alexandre Jollien, Marabout 2001, 95 pages

  1. Marion dit :

    J’avoue que tu me tentes énormément avec ce livre. Même si je n’étais pas fan de philo au lycée, les quelques passages que tu as relevé me plaisent! Je le note

  2. Paperfly dit :

    Bonjour! J’ai entendu l’interview de l’auteur ce matin à la radio, et je suis venu me renseigner un peu plus sur le net, donc…ici grâce à google! Merci pour cette chronique, je vais me procurer cet éloge de la faiblesse très salutaire!

  3. Eloo dit :

    Un livre de philo accessible à tous les p’tits cerveaux… Merci!!

  4. lapublivore dit :

    @ Marion : oui, il y a pas mal de passages sympa. En plus, ce livre est vite lu, alors tu ne risques pas grand chose !!
    @ Paperfly : ah tiens, une interview ? Merci de l’info, je vais vite l’écouter !! 🙂
    @ Eloo : Hihihi, oui, ce n’est pas fréquent, alors autant en profiter ! 😉

  5. Voici le lien, au cas où tu n’aurais pas trouvé (ce dont je doute):http://france-info.com/chroniques-les-choix-de-france-info-matin-2011-10-12-handicape-et-philosophe-alexandre-jollien-fait-l-eloge-de-la-568286-81-422.html

    Je viens de recevoir le livre, j’ai lu la 4e de couv’…je progresse à mon rythme! Je repasserai après lecture! 🙂

  6. lapublivore dit :

    Merci Paperfly !
    ET bonne lecture 🙂

  7. noursette dit :

    je l’ai beaucoup aimé ce livre ! il faut le lire une fois dans sa vie !
    un apprentissage de la tolérance ! encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s