Un sac de billes, une BD adaptée du roman de Joseph Joffo, par Vincent Bailly et Kris, Première partie, Futuropolis, 62 pages, 2011


Ce qu’en dit l’éditeur :

Septembre 1941, Jo a 10 ans. C’est un gamin parisien, un joyeux poulbot farceur et dégourdi du 18ème arrondissement. Il est le dernier d’une fratrie de six enfants, et est très proche de Maurice, son aîné de deux ans à peine. Mais les Allemands occupent Paris ; le port de l’Étoile Jaune devient obligatoire pour tous les Juifs ; la menace fait plus que gronder… Les parents de Joseph décident donc que leurs deux cadets doivent fuir pour gagner la zone libre et rejoindre leurs frères aînés à Menton. Avec alors pour tout bagage, une consigne de survie martelée violemment à leurs oreilles : « Ne dis jamais que tu es juif ! », quelque 5 000 francs de l’époque, leur intrépidité, bon sens et innocence, Maurice et Joseph prennent la route de la liberté, celle de tous les dangers. Passer inaperçus, travailler un peu, déjouer les interrogatoires, rechercher une famille éparpillée… Un long chemin semé d’embûches immondes et heureusement de bonnes âmes, un parcours initiatique, qui forge et marque un homme pour toute son existence.

Traduit dans le monde entier, dont récemment en Chine, avec quelque 25 millions d’exemplaires vendus, Un sac de billes est devenu un classique de la littérature.
Joffo y raconte ses souvenirs de jeune Juif durant l’Occupation allemande. La force de son récit réside en la candeur et le pragmatisme du regard d’enfant, qu’il porte, à l’époque, sur les faits quotidiens de cette étrange et terrible période.

Ce qu’en dit la publivore  – qui ne lit que peu de BD :

En voilà une BD  émouvante, adaptation franchement réussie du livre au succès mondial. Franchement, je conseille à tous les parents dont les enfants ont le roman au programme et qui n’aiment pas le lecture, de leur offrir cette version plus accessible et non moins touchante cette histoire  – celle d’enfants juifs envoyés par leurs parents, seuls, pour passer la ligne de démarcation et rejoindre leur frère aîné.

Les planches sont vraiment épatantes : les couleurs chatoyantes, le coup de crayon sûr, les traits des personnages particulièrement expressifs. On ne peut ignorer la qualité des détails des rues de Paris, avec ses affiches, ses panneaux allemands, ainsi que les uniformes des SS, ou bien encore la ville de Marseille, les gares et leurs trains. Une merveille.

Le lecteur ne peut se lasser de regarder avec minutie chaque dessin. La seule chose que je regrette : la deuxième partie n’est pas encore sortie !! J’ai hâte, vous l’aurez compris, de la tenir entre mes mains !

En bref, un véritable COUP DE CŒUR pour cette bande dessinée intelligente et incontestablement touchante.

Des mêmes auteurs : Coupures irlandaises, chroniqué ICI.

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Bande dessinée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un sac de billes, une BD adaptée du roman de Joseph Joffo, par Vincent Bailly et Kris, Première partie, Futuropolis, 62 pages, 2011

  1. Sabrina dit :

    Ah j’avais lu le livre de Joffo au lycée, pour mon cours de Français en seconde… Une partis du livre ce déroule dans ma ville natale, du coup je me rappelle l’avoir perçu autrement après… (ma ville je veux dire) ! Je serais curieuse de voir la BD !

  2. Ping : Coupures irlandaises, une BD par Kris & Vicent Bailly, Futuropolis 2008 | La publivore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s