UN TEMOIGNAGE FORT : Moine des Cités, De Wall Street aux Quartiers-Nord de Marseille, Henry Quinson, Editions Nouvelle Cité, 220 pages, 2010


COUP DE CŒUR

Merci à Roseline pour ce judicieux conseil de lecture !

Quatrième de couv’ :

«Ce lundi matin 16 octobre 1989, je ne peux résister à la force qui m’habite. Je me lève : je dois démissionner…» Un jeune banquier d’affaires franco-américain quitte sa vie de golden boy pour rejoindre un austère monastère cistercien en Savoie. Pourquoi ? Lui-même s’interroge. A l’ombre des murs de clôture, relié à d’autres explorateurs mystiques comme les moines de Tibhirine, en Algérie, sa recherche spirituelle s’enrichit. Un appel insolite se dessine : fonder une petite fraternité dans les «Quartiers-Nord» de Marseille. Ce récit rythmé, empreint d’humour et de sensibilité, plonge le lecteur dans des microcosmes étonnants. A rebours des images stéréotypées, les événements de la vie quotidienne témoignent d’une discrète mais réelle dynamique de métamorphose. Dans l’humilité d’un patient voisinage, les rencontres entre riches et pauvres, chrétiens et musulmans, croyants et incroyants, Français et étrangers, enfants et adultes, transforment les représentations du monde et de Dieu. Loin des poncifs du «choc des civilisations» et de la «crise des banlieues», cette expérience concrète de fraternité humaine accouche d’une société mieux éclairée, plus juste et joyeuse. Elle témoigne de la fécondité du «nouveau monachisme» qui voit le jour depuis les années 1990.
Henry Quinson est membre fondateur de la Fraternité Saint Paul, une petite communauté de prière et de travail en cité HLM, qui se veut accueillante à tous. Économiste bilingue, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, professeur certifié d’anglais et de lettres, traducteur et auteur, l’essentiel de sa vie est discrètement consacré à ses voisins de la cité Saint Paul, à Marseille, où il vit depuis 1997. Il est le traducteur du livre de John Kiser, Passion pour l’Algérie, les moines de Tibhirine (Prix des Libraires Siloë 2006) et l’auteur de Prier 15 jours avec Christophe Lebreton, moine, poète, martyr à Tibhirine (2007) aux éditions Nouvelle Cité.

Ce qu’en a pensé la publivore :

Ce récit d’un itinéraire surprenant et admirable m’a beaucoup touchée.

Rien ne prédestinait l’auteur franco-américain à ce parcours si atypique : issu d’une famille aisée, il choisit, à 28 ans, de quitter sa vie de trader fortuné pour répondre à l’appel de Dieu. « Dans ma main gauche ce livre de prières, dans ma main droite une coupe de champagne : quelle est ma soif la plus profonde ? » . Il répondra à cette question et commentera sa décision, fruit d’une maturation de plus de 7 ans, de prières, et d’une vie spirituelle grandissante. Il expliquera notamment comment il a su faire preuve d’une grande liberté face aux questions matérielles, qui pourtant, semblent aujourd’hui motiver les choix de vie de la plupart d’entre nous.

D’une relation à l’argent (dans les salles de marchés financiers), il va passer à une relation intime avec Dieu (au cœur d’un monastère retiré dont il appréciera le rythme et la prière, mais auquel il renoncera, souffrant trop du manque de sommeil), puis à une relation ouverte à autrui (mû par un irrésistible appel vers cette mission, en vivant parmi les habitants des cités « chaudes » de Marseille). « Moine des cités : une contradiction dans les termes ? » Est-ce antinomique ? Pas du tout ! La fraternité qu’il fondera vit en son sein, favorisant le dialogue, les échanges, l’entraide entre générations, cultures, et confessions.

Assez vite, et non sans avoir suscité la curiosité, le moine va se faire accepter par ses voisins, qui vont d’ailleurs lui préparer des repas, en toute sympathie (événement impensable dans les « beaux » quartiers), faire preuve de générosité, et de soutien. La confiance mutuelle s’installera, et malgré quelques difficultés, Henry Quinson ne baissera jamais les bras, sûr de la voie qu’il s’est choisit et de l’importance du dialogue instauré.

Outre qu’il permette au lecteur la découverte de trois lieux très différents et dont la réalité est souvent fantasmée, ce témoignage lance un véritable appel la rencontre, en sortant de la logique d’affrontement confessionnel, et invitant à la simple unité fraternelle.

Un très beau message d’espoir, de courage, et d’amour, dont je recommande vivement la lecture, simple et rapide. N’ayez pas peur de lire ce témoignage rare, bien écrit, résolument moderne, et infiniment touchant.

Quelques citations glanées de-ci de-là :

– Après les primes et les augmentations très importantes que je viens d’obtenir, ma décision est difficile à comprendre. Néanmoins, ma démission est acceptée. Le directeur de Merrill Lynch, qui m’appelle tous les jours depuis deux semaines avec des propositions toujours plus alléchantes, en reste sans voix : « Qui a pu vous proposer plus que nous ? » « Personne, lui répondis-je, je pars pour un monastère ». Après plusieurs longues minutes de silence, il conclut : « C’est la seule concurrence que j’accepte ».

– Certains ont refusé d’aller à la piscine pendant le Ramadan. Soumia les comprend : « De l’eau dans la bouche ou les oreilles, ça casse le Ramadan ». Amina proteste : « Dieu sait quand on ne fait pas exprès ! »
J’interviens : « Allah est d’une intelligence incomparable, n’est-ce pas ? ». Soumia acquiesce : Dieu, dans sa tradition comme dans la mienne, est omniscient. La conversation se termine sur un progrès théologique et pratique : si Dieu est intelligent, il ne peut pas nous demander d’être bêtement ritualistes. Les questions et les réponses sont venues de deux jeunes musulmanes. Je n’ai fait que glisser une interrogation sur les attributs de Dieu et il y a eu rapprochement des points de vue sans altération de l’identité confessionnelle proprement dite.

« Ça fait bizarre d’avoir comme prof un curé moderne », commente un de mes élèves. L’Église donne à beaucoup l’image d’une institution en retard de plusieurs siècles. Étrange. Le Ressuscité qu’elle a vocation d’annoncer possède, lui, une éternité d’avance !

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Littérature française, Mes Coups de Coeur, Théologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour UN TEMOIGNAGE FORT : Moine des Cités, De Wall Street aux Quartiers-Nord de Marseille, Henry Quinson, Editions Nouvelle Cité, 220 pages, 2010

  1. scor13 dit :

    Les extraits que tu as cité ainsi que ton billet me donnent une furieuse envie de le lire.

  2. lapublivore dit :

    Eh bien je m’en réjouis !
    Bonne lecture alors, ; j’attends avec impatience que nous partagions nos impressions 🙂

  3. MyaRosa dit :

    Quel enthousiasme !
    C’est vrai que c’est un parcours hors du commun.
    Je regarderai si je le trouve à la médiathèque. 😉

  4. lapublivore dit :

    Avec plus de 50 000 exemplaires vendus à ce jour, et quelques référencements mérités et prix décernés …

    ( * Prix 2009 de littérature religieuse
    * Prix Gravier 2009 de l’Académie des sciences, lettres et arts de Marseille
    * Top 50 Livres Hebdo
    * Top 20 L’Express, Nouvel Observateur
    * Préférence & coup de cœur Procure
    * Recommandé par Panorama )

    … Il y a des chances que ta médiathèque en ai fait l’acquisition !!!

    PS. Heu, oui, quand j’aime, je le manifeste 🙂 – et si par malheur je déteste un livre, je ne peux pas m’empêcher de l’écrire aussi … (cf mes coups de cœur et de griffe, parfois sanglants …)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s