Lettre à mon gendre agnostique pour lui expliquer la foi chrétienne, Antoine Nouis, Ed. Labor et Fides 2010 – 98 pages


Semaine (dernière) de l’oecuménisme oblige, et passant par la librairie bleue bien connue, je me suis dit : « tiens, un ouvrage écrit par un pasteur de l’église réformée, pourquoi pas ? ». d’autant que la 4ème de couverture me tentait bien. La voici : « Le gendre de l’auteur, scientifique, est agnostique, considérant que l’absolu demeure inaccessible à l’être humain. Son beau-père, théologien, aimerait lui expliquer pourquoi il croit en Jésus-Christ et comment ses convictions se nourrissent de la Bible et de la tradition. D’abord, l’auteur rappelle à son gendre ce que la Bible dit de l’humain, particulièrement sur les questions de la création, chapitre sensible dans la relation entre un scientifique et un croyant. Puis il évoque ce que la Bible dit de Dieu avant de préciser les conditions d’une existence chrétienne, traduite dans les catégories de la foi comme don, protestation et confiance. Dans cette lettre qui se lit d’une traite, Antoine Nouis dit l’essentiel d’un catéchisme chrétien avec des mots et des exemples accessibles à tous, loin de la langue de bois et sans écarter les défis posés par d’autres courants de pensée. On y rencontre des exemples tirés de la vie courante et quelques petites histoires stimulantes permettant de mettre en scène une argumentation en faveur de la foi. Ce livre offre une petite introduction simple et intelligente à la foi chrétienne, pour ceux qui la rejettent, mais aussi pour quiconque veut l’approfondir. Docteur en théologie, Antoine Nouis est pasteur de l’Eglise réformée de France. Il exerce actuellement son ministère en banlieue parisienne. Il anime chaque été des retraites spirituelles. Auteur de plusieurs livres sur la spiritualité et la pensée protestante, dont le remarqué Un catéchisme protestant (Réveil Publicalions,1997), il collabore également au journal Réforme. »

1er bon point : cet essai est HYPER rapide à lire, et facile d’accès. Rien de prise de tête. 2ème bon point : le ton : direct mais courtois, délicat, respecteux, et ouvert. Tout en concluant en écrivant à son gendre « et à tous ceux qui lisent ce livre : essaye ! Qu’est-ce que tu risques ? », il n’y a aucune trace de prosélytisme dans cet ouvrage, et ce n’était pas un exercice facile.

Je dois reconnaître cependant qu’il y a une chose à laquelle je ne m’étais pas préparée dans ce livre : l’importance des références rabbiniques. Pour une semaine œcuménique, me direz-vous, j’ai été servie !! 🙂  Je m’attendais à plus de références à l’Evangile – cependant, le texte est équilibré, cela a juste été source d’étonnement pour moi, mais pas une gêne.

Par ailleurs, je pensais que je décélérai, de la part d’un pasteur protestant, une nette différence avec le culte catholique. Eh bien finalement, ce sont plus les points communs qui m’ont marquée que nos divergences (cependant, la question de la Vierge est vite balayée). Me voilà encore ravie !

J’ai vraiment trouvé ce livre parfait à offrir à tous ceux qui ne comprennent pas mon cheminement. Ce n’est à mon sens cependant pas un « guide d’évangélisation en questions-réponses », mais cela explique finalement l’inexplicable. Que la foi chrétienne « relève d’une démarche individuelle » et qu’elle est « de l’ordre du don, de la grâce, de l’immérité ». J’ai vraiment apprécié l’angle d’Antoine Nouis, qui expose, en introduction, ce que je m’époumone à dire à mes amis, sceptiques et toutefois prompts à m’interroger sur le sujet, à savoir : « Je sais que trop souvent la foi chrétienne est considérée comme une régression infantile afin d’apaiser les angoisses de la vie ; je voudrais essayer de te montrer qu’elle est totalement autre chose. Elle est à la fois un pari et un combat, une belle raison de vivre et une espérance plus forte que toutes les nuits qui menacent notre monde ».

Le tour de force de l’auteur, réside, à mon sens, en ce qu’il parvient non seulement à vulgariser des points théologiques majeurs sans les contourner (il aborde les sujets délicats du mal, de l’engagement, de l’injustice notamment) et touche ainsi les agnostiques, mais permet aussi aux croyants de revoir les « fondamentaux » et de se poser à nouveau les questions relatives aux fondements de leur foi. BRAVO Antoine Nouis, belle performance ! Je vous remercie par ailleurs d’avoir publié cette lettre qui aurait pu rester dans le cadre strictement familial, mais qui saura désormais éclairer le plus grand nombre ! Enfin, je tiens à souligner à votre gendre Thomas qu’il a bien de la chance d’avoir un beau-père comme vous, vous lui direz de ma part !!

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Essai, Théologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s