Mon vieux et moi, Pierre Gagnon, Autrement, 2010, 87 pages


Voici un bien joli petit livre, très rapide à lire, mais truffé de tendresse à chaque page. Vous ne le savez sans doute pas tous, mais parmi les choses que j’aime faire, il y a mes visites hebdomadaires aux personnes âgées d’une maison de retraite à côté de  chez moi. Ceci explique sans doute mes lectures finalement assez récurrentes sur le thème de l’isolement de nos aînés. Dans une de ses chroniques, le libraire Gérard Collard avait recommandé ce roman, que je me suis empressée d’emprunter à la bibliothèque. MERCI GERARD ! Très belle découverte !

Le narrateur, un jeune retraité de la fonction publique qui s’occupait du service d’aides sociales, rend régulièrement visite à sa tante, résidente d’une maison de retraite. Ce faisant, il s’attache à Léo, qu’il décide d’adopter, et avec qui il partagera son quotidien, non sans avoir entrepris des travaux d’aménagement chez lui, afin de l’accueillir dans les meilleures conditions.

Ce qu’il y a de formidable dans ce roman, c’est qu’il dépeint parfaitement les sentiments par lesquels on peut passer lorsque l’on s’attache à nos « petits vieux ». Je me suis vraiment retrouvée, notamment face aux interrogations que l’entourage – dubitatif-  peut soulever lorsque l’on entreprend de passer du temps avec eux.  J’ai noté notamment le passage suivant : « Lorsque j’ai accueilli Léo chez moi, les amis ont cru que je n’allais pas tenir, que j’allais le retourner, avec le hamster. Mais dès leur première visite, ils sont étonnés et s’exclament qu’il est formidable. Je ne peux m’empêcher de me demander s’ils pensaient voir un monstre. »

Aussi, ce texte très concis a le mérite de souligner tous les éléments qui caractérisent la vieillesse et qui font peur : les pertes de mémoire fréquentes, l’incontinence, le rythme ralenti, les médicaments « comme des M&Ms », la solitude… L’auteur n’hésite pas à décrire tout cela avec un réalisme épatant, mais surtout avec une profonde délicatesse et une grande pudeur. Sans rien cacher des réalités du grand âge, Pierre Gagnon garde un ton juste et humain, fait preuve d’une infinie compréhension, sans pour autant tomber dans la mièvrerie ou le pathos.

C’est un très bon moment de lecture, empli d’amitié, et même d’humour.

COUP DE CŒUR

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Grand âge, Littérature canadienne, Mes Coups de Coeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mon vieux et moi, Pierre Gagnon, Autrement, 2010, 87 pages

  1. amaryllis dit :

    Je viens d’arriver sur ton blog. Et je suis tombée sur pleins de livres que j’aimerais lire et certains que j’avais déjà lus. Mon vieux et moi, je l’ai lu aussi grâce à la critique de Gérard Collard, et ça a été un véritable plaisir !
    Je me permets de mettre un lien sur mon blog (tout nouveau) pour venir voir régulièrement tes avis de lecture.

  2. Jostein dit :

    Je dois la lecture de  » sourire étrusque » à une émission de Gérard Collard. Je suis un blog qui donne ses avis. Nous avons les mêmes références. Je note ce livre dans ma LAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s