Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir, Editions Zulma, 333 pages


Voilà un livre qui nous change ! En effet, la première des qualités que je pourrais lui conférer, c’est la pudeur !! Il faut bien reconnaître que cela insuffle au lecteur comme un bon bol l’air frais.

Et pourtant, l’histoire qui nous est narrée ici pourrait porter à croire que le texte sera lourd, triste ou glauque. La première partie de ce roman salué par la critique se déroule comme un road movie : le jeune Arnljotur – 22 ans- décide de quitter sa maison familiale, afin de se consacrer à sa passion, l’horticulture – transmise par sa défunte mère- en particulier celle des roseraies. Il doit se séparer de son frère jumeau, souffrant d’un handicap mental l’empêchant toute communication, et de son père, âgé de 77 ans. Sa mère s’est éteinte peu avant dans un tragique accident de la route. Le narrateur prend donc l’avion, avec pour seuls bagages un sac à dos et quelques boutures d’une rose rare à huit pétales, et se retrouve à l’étranger – sans que la destination ne soit précisée – et va traverser plusieurs pays dans une vieille gimbarde. Il se confie plus ou moins aux personnes qu’il a l’occasion de rencontrer dans ce périple, et étonne ses interlocuteurs par son caractère, et la description qu’il fait de la naissance imprévue de sa fille, Flora Sol. Il n’est pas « homme à tenir de longs discours » (p.176), mais se révèle obsédé par la mort, le corps et le sexe. Attention, cela ne rend pas du tout cette lecture désagréable, car le jeune homme dévoile ses pensées intimes avec beaucoup de délicatesse et de pudeur. Il arrive à destination, dans un village de 700 habitants tout au plus (lesquels ne manquent pas de remarquer l’arrivée de ce jeune étranger), où s’érige un monastère qui renferme un roseraie renommée, laissée à l’abandon. Il va s’attacher à la remettre d’aplomb, à bien traiter tous ces rosiers qu’il aime tant, et nouera avec l’abbé Thomas des liens sincères et profonds. Etonnament, il y découvrira aussi le lien paternel qui l’unit à sa petite Flora, dont il ne cessera de mesurer et d’admirer les progrès au quotidien. Les descriptions de ce bébé sont d’ailleurs particulièrement réussies.

Je qualifierai ce roman de voyage intérieur, mais aussi initiatique, de deuil, de tendresse, d’émerveillement. On arrive à se réconcilier avec ces drôles d’êtres que sont les hommes, à mieux les comprendre.

Cette écriture s’avère très délicate, limpide, voire poétique, et fait même montre d’un certain humour doux par moment. Ce texte se lit très facilement : les chapitres, courts, s’enchaînent très vite. Le narrateur est empli de candeur, et sa découverte de l’amour au fil des pages se révèle d’une fraîcheur étonnante ! Ce roman est franchement une petite pépite : le ton tranche (c’est un livre positif, sans pour autant que l’on puisse l’accuser de mièvrerie), et ne renvoie à aucun cliché surrané. Il lance au lecteur d’intéressantes pistes de réflexion : d’où vient-on ? peut-on se détacher de sa famille sans rompre les liens qui nous unissent à elle ? que peut-on transmettre ?

« La beauté est dans l’âme de celui qui regarde », peut-lire page 176 ; la beauté se trouve ici dans l’écriture, infiniment touchante, de cette romancière islandaise. Je me trouve tout à fait charmée par ce livre dont je recommande la lecture à ceux d’entre vous qui réclament un peu de douceur dans ce monde de brutes !

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Littérature islandaise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir, Editions Zulma, 333 pages

  1. noann dit :

    Avis entièrement partagé !

    L’occasion de découvrir un site que je ne connaissais pas. Je reviendrai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s