Le Grand loin, Pascal Garnier, Editions Zulma, 160 pages


Cette histoire est … très bizarre.

Marc, la soixantaine, embarque sa fille – la bonne trentaine –  internée en hôpital psychiatrique, et part au Touquet avec elle pour lui montrer la mer, avec son chat Boudu, et ne prévient pas franchement sa femme de ce départ inopiné. Le médecin lui fait part de ses réserves, des risques encourus, et lui fait signer une décharge pour laisser le père embarquer sa fille déséquilibrée.

Ensuite, tout se déroule comme un road movie, pétri d’étrangeté.

La fille est vraiment folle et demande des choses parfaitement incongrues à son père, comme de payer un serveur rencontré au bar de l’hôtel pour qu’il lui fasse l’amour !

La folie de la fille va bientôt amorcer celle du père, des disparitions étranges vont jalonner leur parcours au fur et à mesure des rencontres.

Il s’agit là d’un texte étonnant, voire dérangeant. J’ai eu comme une drôle de sensation en fin de lecture. Du même auteur – décédé récemment à l’âge de 61 ans – j’ai préféré Lune captive dans un œil mort, plus drôle, bien que le sujet fût aussi lourd. (commenté sur mon blog ici)

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Littérature française, Roman noir. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le Grand loin, Pascal Garnier, Editions Zulma, 160 pages

  1. Nadejda dit :

    Je suis d’accord avec vous. Ce livre de Pascal Garnier laisse une impression de malaise.
    En fait je pense que Pascal Garnier a écrit ce livre en sachant que c’était le dernier. Et il est vraiment très sombre. No future. Ce père va jusqu’au bout avec sa fille qui tue au fur et à mesure de cette descente aux enfers.

  2. lapublivore dit :

    Cette remarque est très juste – sans doute le « livre de la fin ».
    En tous cas, je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à avoir été mise mal à l’aise avec cette lecture !

  3. Ping : Lune captive dans un œil mort, Pascal Garnier, Editions Zulma, 157 pages | La publivore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s