Invitation au crime, Joseph Sheridan Le Fanu, Phébus 2003 (The evil guest), 160 pages


Auteur :
Romancier Irlandais d’une famille de huguenots -protestants- bretons (1814-1873), il est le digne héritier du roman anglais gothique et inventeur, avec ses contemporains (Wilkie Collins, Stevenson, Swift, Dickens, Oscar Wilde), du genre du roman victorien à suspense. Avocat de formation, devenu patron de presse, il est injustement tombé dans l’oubli. (car auteur de transition)
Roman criminel à énigme publié en 1851, jamais traduit en français jusqu’en 2003.
Résumé :
Au 17ème, en Angleterre, l’action se déroule chez un aristo désargenté, dont j’ai adoré la description suivante : « Privé de moyens, Richard Marston n’avait rien changé à ses habitudes, ce qui n’avait fait qu’aggraver la situation. C’était un homme de plaisirs et un joueur dont les vices avaient survécu aux moyens de les satisfaire ». (p.15)
Il vit dans un manoir, Les Hêtres Gris , au milieu d’un grand parc qu’il ne peut entretenir, avec sa femme qu’il délaisse, et sa fille Rhoda, qui vivent sans vie ni joie. La famille est obligée de décliner des invitations de l’aristocratie environnante, dans la mesure où leurs moyens de leur permettent pas de rendre la politesse pour organiser des réceptions à la hauteur. Les domestiques font partie des meubles depuis des lustres, à l’exception de la splendide et étrange gouvernante, française of course, qui est en charge de l’éducation de la jeune fille. L’arrivée inopinée d’un cousin très snob va bouleverser le quotidien de ce microcosme, cousin que le chef de famille a toujours détesté depuis son enfance. Des  événements inquiétants se multiplient, dans l’univers feutré d’un manoir froid, austère, et en proie aux brouillards automnaux …
Impressions:
J’ai adoré le style. TRÈS Belle écriture, celle d’un véritable chef d’œuvre oublié comme j’aime.
Ce roman est TROP court à mon goût, un vrai « tourne-pages ».
Attention, c’est catégorisé « policier », mais cela plaira aux habitués des romans noirs gothiques.
Ce qui m’a étonné, c’est que finalement, le crime arrive assez vite dans le déroulé du roman, et que l’on peut deviner l’intrigue.
En fait, le suspense tient finalement à l’angoisse liée aux descriptions des personnages et leur état APRÈS la commission du crime. L’auteur manie très bien le « lancer d’indices indéchiffrables  » : confessions tronquées, lettres d’aveux dont le contenu nous est caché, … Un bon moment de lecture.
Citations :
« L’esprit humain doit, soit trouver du réconfort dans le passé, soit espérer en l’avenir, sinon il est en danger ».
 » Les hommes ne peuvent pas plus contrôler les pensées qui leur traversent l’esprit que les ombres des nuages qui passent au dessus d’eux. »
Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article a été publié dans Littérature irlandaise, Roman policier. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Invitation au crime, Joseph Sheridan Le Fanu, Phébus 2003 (The evil guest), 160 pages

  1. Alicia dit :

    Une vraie révélation pour moi aussi. C’est un auteur qui me plait beaucoup.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s