Un bûcher sous la neige, Susan Fletcher, 390 pages, PLON, 2010


Corrag, jeune fille anglaise de constitution frêle, vêtue de haillons, se trouve au fond d’un sordide cachot écossais. Accusée de sorcellerie, elle est condamnée et attend son exécution par ordalie (le bûcher), châtiment ordinairement appliqué au XVII ème siècle pour les hérétiques.
Elle va recevoir la visite inattendue d’un révérend irlandais, Charles, peu enthousiaste à l’idée de frayer avec le diable en personne. En attendant que la neige fonde pour permettre au bourreau d’installer le bûcher, cet ecclésiastique viendra discuter avec elle, car il pense en fait pouvoir lui soutirer des informations sur le massacre dont elle a été témoin – véritable raison de sa condamnation.
A l’époque en effet, plusieurs prétendants au trône se disputent le pouvoir, occasionnant des guerres civiles claniques entre catholiques et protestants. Grâce au témoignage de Corrag, le révérend espère démontrer que ce massacre a été commandité par Guillaume d’Orange, protestant et hollandais, afin de le détrôner, et ramener Jacques II, le roi catholique déchu et exilé, au pouvoir.
Mais Corrag compte bien raconter tout son parcours à cet interlocuteur qui la sort de sa solitude, avant de lui révéler comment s’est déroulée la tuerie du clan MacDonald, catholique et jacobite. Depuis son enfance en Angleterre auprès d’une mère et d’une grand-mère elles-mêmes condamnées à mort pour sorcellerie, la fuite de l’héroïne vers le nord-ouest en parcourant des distances considérables, seule, à cru sur sa jument, va la mener en Ecosse, dans les contrées sauvages des Highlands. Elle confiera toute son épopée au Révérend, qui sera ému de la communion de Corrag avec la nature, de sa perception de la vie, et de sa façon de vivre, à des années lumière du mode de vie acceptable des femmes de l’époque.
Il écrira à son épouse, restée en Irlande, et lui confiera ses impressions au fur et à mesure des confidences de Corrag ; et se laissera totalement captiver par cette fine observatrice de la nature, qui a sans cesse du fuir les hommes qui la pourchassaient.

C’est un très bon moment de lecture : le sujet qui peut paraître lourd, mais  c’est au contraire, très frais, notamment grâce aux évocations de la nature par Corrag. Le lecteur est véritablement transporté dans les plaines anglaises et les tourbières écossaises ; la vie d’errance de Corrag, est imposée par son mode de vie en marge de la société de l’époque, de femme libre et solitaire, pourchassée en tant que bouc émissaire.
Elle fait pourtant preuve d’une grande sagacité : capable de soigner les maux par les plantes qu’elle collecte, de se nourrir de sa cueillette, et de vivre courageusement de rien, elle doit faire face à l’étroitesse d’esprit de ses semblables et la cruauté humaine ; mais aussi parfois à la générosité et la bonté. On vient la même la consulter car on reconnaît sa sagesse.
Aussi, l’évolution du personnage du révérend est fantastique : empli de préjugés au départ, homme de foi dans son époque qui ne peut « que » rejeter et diaboliser celle qui est considérée comme la sorcière, il va peu à peu apprendre à l’écouter, à la comprendre, et à l’apprécier pour toutes ses qualités. Ces deux personnages sont extrêmement touchants.
TRÈS BEAU LIVRE.

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article, publié dans Littérature anglaise, Mes Coups de Coeur, Roman historique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Un bûcher sous la neige, Susan Fletcher, 390 pages, PLON, 2010

  1. Elea23 dit :

    Je l’avais déjà noté suite à un avis positif, ta chronique me donne encore plus envie de le faire rentrer dans ma PAL de vacances !!

  2. Delph dit :

    Merci pour cette découverte ! Je le note !

  3. MyaRosa dit :

    Il a l’air très beau ce livre. Je note, merci.

  4. lapublivore dit :

    Oui, allez-y les filles, franchement, c’est à lire et à conseiller. J’ai adoré !

  5. Ping : SWAP SO BRITISH !! | La publivore

  6. Ping : Avis de tempête, Susan Fletcher, J’ai Lu, 407 pages, 2009 (Oystercatchers) | La publivore

  7. Amaryllis dit :

    Je viens de le terminer et je suis bluffée. En effet, encore mieux que Un avis de tempête, enfin tellement différent. C’est vraiment un beau récit, une écriture magnifique, un hymne à la nature ! J’ai adoré !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s