Le Sourire Etrusque, José Luis Sampedro, Editions Métailié, 319 pages


 Le héros, Salvatore Roncone, vieux paysan calabrais solitaire, très attaché à ses origines, est contraint, pour lutter contre le cancer qui l’emporte peu à peu, de quitter son village natal bien aimé et partir en convalescence chez son fils, un citadin milanais, qui partage sa vie en appartement avec épouse et enfant. Le grand-père ne peut s’empêcher de détester cette grande ville, trop encombrée, trop bruyante, sans beauté, et aussi sans la moindre saveur, par rapport à sa montagne qu’il affectionne tant.
Cet enfer va pourtant lui permettre de faire la connaissance de son petit-fils Bruno, qui fera ses premiers pas avec lui. Ce grand-père bourru, va s’attacher à ce petit être qui porte d’ailleurs le même nom que celui que ses camarades partisans lui avaient donné au temps du maquis.

Ce livre à l’écriture très sensible est particulièrement émouvant : on y découvre beaucoup de nuances dans les  rapports humains,  dans  les sentiments trans-générationnels. Une grande douceur se dégage de ce roman  plein de tendresse, d’émotion, de sérénité. Il est infiniment touchant. 
José Luis Sampedro a eu un grand succès en publiant Le Sourire Etrusque en 1985. Découvrez-le, vous ne l’oublierez pas !

Publicités

A propos lapublivore

Bienvenue sur mon blog de lecture ! Juste une envie de partager mes coups de cœur, mes coups de griffe, et mon amour des livres. Je ne peux m'empêcher, de façon générale, de donner mon avis sur tout, alors maintenant, c'est officiel -en ce qui concerne les bouquins du moins- je sévis sur la toile :) Bonnes lectures à tous
Cet article, publié dans Grand âge, Littérature espagnole, Mes Coups de Coeur, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Sourire Etrusque, José Luis Sampedro, Editions Métailié, 319 pages

  1. Jostein dit :

    Je l’ai lu, il y a très longtemps, mais je l’avais adoré!

    • lapublivore dit :

      Ohlala, oui quelle merveille ! (d’autant plus que le sujet n’était pas encore « à la mode » à l’époque de sa parution, il fallait oser)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s